Mot-phare de 2016 : défis (prise 2)

Déjà le 5 janvier et je ne me suis toujours pas penché sur la nouvelle année à venir. Depuis quelques années, je ne prends plus de résolutions proprement dîtes, mais choisie plutôt de me concentrer sur un mot-phare. J’ai eu beau chercher et rechercher, je ne trouve rien d’autre, je ne suis pas original et décide de  rester avec le même que 2015. 2016 sera donc une année de défi.
Mais ce n’est pas parce que je choisie le même mot-phare que mes objectifs resteront les mêmes. Me mettre à l’exercice et bien manger n’est pas un défi comme tel, puisque je le fais déjà, mais je souhaite tout de même arriver à un autre niveau cette année. Ça parait peut-être cliché de choisir de bien manger après le temps des fêtes, mais c’est logique en même temps, notre horaire est chambouler et on mange parfois trop. Dans mon cas, il n’y a pas vraiment eu d’excès, mais mon conjoint ayant eu une grosse grippe le forçant à rester au lit plusieurs jours, j’en avait un peu ma claque de tout faire. Si bien que les plats déjà préparés de même qu’une commande au resto ont été à l’honneur quelques fois. Heureusement, les bonnes habitudes sont vites revenues et aucune livre n’y parait sur la balance. Parce que oui, je souhaite toujours perdre le 10 livres en trop qui ne veut pas me quitter depuis ma dernière grossesse. Pas pour les autres, pour moi. Pour ce faire, j’ai décidé de refaire le programme 21 day fix en continuant mon entrainement de course pour le défi Pierre Lavoie. Afin de me motiver, je me suis concocter ce tableau :
Depuis que l’on a acheté la maison que ce babillard traîne au sous-sol, alors aussi bien en tirer profit. J’y ai donc mis mes plans d’entrainement, un calendrier pour noter ce que je fais (avec le stationnement que j’ai, le déneigement compte, croyez moi), une enveloppe contenant mes dossards de course, un petit rappel que je suis une super-héroïne et j’ai accroché mes médailles sur un vieux cadeau de fête des pères que M. a fait en 2010. D’autres choses s’y ajouteront avec le temps, mais la base y est et reste que je suis contente du résultat. Comme il se trouve là où sont ranger mes poids et mon tapis d’entrainement, je le vois  tous les jours. Mes 2 défis de taille cette année seront le Défi Pierre Lavoie qui aura lieu au printemps et un demi-marathon à l’automne. Le premier me fait surtout peur à cause de la vie de groupe. Devoir être plus de 30 heures avec le même monde, je ne sais pas, ça me fait peur. Plus que le manque de sommeil qui est pourtant une des plus grandes parties du défi. Le deuxième me fait aussi peur, car c’est en m’entrainement pour un demi que je me suis blessé l’été dernier. Mais je me dis que j’ai appris, j’ai compris que je ne dois pas augmenter mon volume de course trop rapidement et je suis allé chercher l’aide nécessaire, alors ça devrait aller.
Dans un autre ordre d’idée, je me met au défi d’être moins demandante avec moi-même. Je sais que je me mets beaucoup de pression et la session a été particulièrement difficile cet automne. J’aurai un autre cours de plus cet hiver, je dois donc apprendre à lâcher prise sur le ménage et autres aspects de la vie. Je me dis que j’ai justement 2 semaines encore devant moi et j’en profite pour faire le maximum de choses pour me faciliter la vie une fois que j’aurai moins de temps. Je dois aussi cesser de me comparer aux autres. Moi aussi quand j’avais 20 ans, je sortais dans les bars, je ne dormais pas beaucoup (quoique ça, ça n’a pas vraiment changé) et j’avais de bonnes notes. Je n’ai plus que moi à m’occuper, je n’ai pas la meilleure concentration du monde, je réussie bien, mais pas aussi bien que les autres. Mais au fond, qu’est-ce que ça change, ça donne quoi de se comparer aux autres ?
Et finalement, dernier défi, un défi de 2015 qui n’a pas été relevé. Non seulement je ne suis pas allé chercher mon permis de conduire comme prévue, mais je n’ai pas pratiqué une seule fois, Tout ce que j’ai fait, c’est aller payer mon temporaire pour le renouveler une énième fois. Je sais que ça serait pratique de l’avoir, que j’aurais mon indépendance (la vraie je parle, car ça ne m’empêche pas de faire ce que j’ai à faire, mais quitter la maison à pied ou à vélo quand l’auto reste là, c’est plate), mais câline que j’ai peur. Les gens conduisent mal, plus je vieilli, plus j’ai peur, pratiquer avec les enfant ce n’est pas facile…Je dois arrêter d’avoir peur, je dois foncer, je dois relever le défi une fois pour toute ! Au printemps, go, on reprends ça !! 

2 Comments

  1. Marie-Josée Dumont

    janvier 5, 2016 at 5:42

    Au printemps, c'est noté! Je reste disponible pour les pratiques de conduite 😛

Leave a Reply