L’enfant à lunettes

Lorsque j’étais au primaire, la plupart des filles rêvaient de porter des broches ou des lunettes. Ainsi qu’une permanente. Moi y compris. Je me demande bien pourquoi d’ailleurs…Peut-être en raison du Filles d’aujourd’hui qui avait le don de nous présenter des filles aux cheveux frisés avec des lunettes aux belles montures ou bien des broches avec élastiques agencés aux couleurs de la saison ? Je ne dis pas que c’est laid, loin de là. Ce que je dis, c’est pourquoi vouloir avoir des dents croches ou des yeux qui ne voient pas bien ?

Les fameuses broches

Tout ce qui s’approche de l’appareil orthodontique est un vrai cauchemar pour les parents.Pourquoi ? Parce qu’il faut payer. Ce sont nos enfants, on veut leur bien, c’est évident qu’on va dépenser pour eux, mais ce n’est pas toujours le genre de dépense que l’on avait prévue de faire. Ma belle-fille a d’ailleurs eu le traitement royal qui inclut les broches, le palais, le casque orthodontique (headgear) et bientôt, une chirurgie de la mâchoire. Pour l’avoir vue après chaque rendez-vous ou il y avait un resserrage des bagues de l’appareil dentaire, ça n’avait pas l’air d’une partie de plaisir. Mais reste qu’on bout du compte ça vaut la peine et évitera d’autres problèmes qui pourront survenir plus tard.

Des lunettes pour moi

Pour ma part, la vie m’a rattrapée en 6ème année et j’ai eu mes lunettes (ma permanente aussi et avoir sue que mes cheveux friseraient dès le secondaire, je n’aurais tellement pas investis d’argent la de-dans !). Pour revenir aux lunettes, j’étais vraiment heureuse d’en avoir besoin et je les ai choisie mauves. Comme c’était pour une légère myopie, je ne les portais que pour voir en classe et pour regarder la télévision. Ma vue a par contre baissée par la suite et j’ai rapidement dû les porter à plein temps jusqu’à ce que j’adopte les verres de contact à 16 ans. D’ailleurs, j’en porte encore en me disant qu’un jour j’irai me faire opérer…peut-être (pour être honnête, l’opération me fait peur). Chéri ayant une vision parfaite, j’avais bon espoir que les enfants soient épargnés.

Et des lunettes pour le petit dernier

Je souffre de migraines. chéri souffre de migraines. Je trouvais mon petit homme un peu jeune pour en souffrir, mais comme c’est héréditaire, ça restait possible. On s’est mis à noter ce qu’il mangeait, l’heure à laquelle il se couchait et se levait et ne notions rien d’anormal dans sa routine. Nous avons même essayés quelques traitements d’ostéopathie, en vain.

Comme il allait bientôt débuter l’école, j’ai suivit les recommandations et je l’ai amené chez l’optométriste pour passer son premier examen de la vue. Ça faisait à peine quelques minutes que l’examen était débuté qu’elle constatait que quelque chose n’allait pas. Il avait de la difficulté à voir les images, surtout si elle cachait son œil droit, il tentait de  »tricher » en enlevant le cache-œil. Dès qu’elle a parlée de lunettes, j’ai vue les yeux de mon fils se remplirent de larmes. Il ne l’avait pas vue venir lui non plus. Jamais nous n’avons vue de signe autre que ses maux de tête. Ce qui veut dire que ses yeux forçaient vraiment fort pour arriver à bien voir. Ce qui m’a d’ailleurs été confirmé par l’épaisseur de ses verres. Le pire dans tout ça est qu’il ne retient même pas de moi, car je fais de la myopie. Lui, c’est de l’astigmatisme associé à de l’hypermétropie.

L’acceptation

Notre fils a eu besoin de temps pour digérer tout ça. Ayant les dents très serrés, il a eu droit à quelques plombages pour réparer de petites caries. C’était donc vraiment injuste pour lui d’avoir des problèmes aux yeux en plus d’en avoir aux dents. Il m’a même dit du haut de ses 5 ans qu’il briserait ses lunettes dès qu’il les aurait. Je lui en ai fait essayer quelques une par la suite pour lui montrer que ce n’était pas si dramatique, mais mieux valait laisser la poussière retomber.

Quelques semaines après, nous rencontrions une optométriste spécialisée avec les enfants, car la première voulait un deuxième avis. Il a donc eu le test des gouttes pour savoir de quelle force devaient avoir les lunettes. Le deuil frappa encore mon garçon, car ça ne faisait que confirmer ce que l’on savait déjà.

Vient ensuite le choix des lunettes. Choix n’était peut-être pas le ,meilleur mot, car il n’y avait qu’une paire  de lunettes qui allait pour son petit visage. Nous essayons de l’encourager en lui faisant remarquer que ce sont des montures de Star Wars, mais il reste de marbre.

©Annie Laflèche

J’ai tout essayée:

  • Tu vas porter des lunettes comme moi et ta grande sœur M.→Non, c’est pas pareil !
  • Tu vas porter des lunettes comme Jérémie Larouche (humoriste qu’il aime bien)→Non, c’est pas pareil !
  • Et l’argument ultime: Tu vas porter des lunettes comme Superman !→Maman, c’est pas pareil, Superman porte des lunettes pour ne pas se faire reconnaître, pas pour voir !
©Annie Laflèche

C’est finalement le temps qui en est venue à bout et il a fini par accepter ses lunettes. Il les a bien sûre lancé quelques fois, mais pas assez pour les briser. Par contre, elles n’ont pas supportés une chute dans les montagnes russes. La chance a été avec nous et nous avons pu les récupérer à la fermeture du parc d’attraction, mais les verres étaient grafignés un brin. Les maux de tête sont vite revenue, alors nous avons profité de la garantie pour les changer…En prenant soin d’expliquer à notre garçon qu’il fallait faire très attention, car il faudrait payer s’il arrivait à nouveau quelque chose.

Honnêtement, il a compris et tout va bien depuis. Il voit l’optométriste tous les 2 mois et doit maintenant porter un cache-œil 1h30 par jour et l’accepte sans problèmes. Ça arrive encore que je me lève le matin et qu’il ne porte pas ses lunettes, mais en général, il pense à les prendre. Il en aura probablement besoin tout son primaire, mais pas nécessairement toute sa vie. Je pense que l’on peut donc dire mission accomplie et qu’il a fini par accepter qu’il doit porter des lunettes.

©Annie Laflèche

 

Leave a Reply