Déprime post-course

J’aurais aimé avoir la chance d’écrire cet article avant, dimanche après la course genre, mais comme toujours, j’ai manqué de temps. Je voulais l’écrire pendant que j’étais encore sur mon petit nuage tout rose et non en pleine période de déprime post-course. Ben non, je ne suis pas encore rendue là, mais je ne suis plus sur mon high non plus. Je me souviens d’un chanteur (de ce qu’il a dit, mais pas de lui malheursuement) qui a déjà dit en entrevue que si il écrivait autant de chansons tristes, c’est que la déprime est un bon moment pour écrire. Effectivement, quand on est heureux, on fait autre chose, on est pas en train d’écrire pas pour le dire.
Ma course maintenant. Pour faire exprès, la gorge s’est mise à me piquer la veille. J’ai pris quelques thés au rhume 911 et je ne semblais pas si mal en point le matin venu. J’avais fait un appel à tous sur Facebook et on m’avait suggéré plusieurs trucs à essayer, mais je n’ai pas osé, je trouvais que la veille d’une course, n’était pas le meilleur moment pour essayer de nouvelles recette de cocktails. Le 10k était à 9h20, nous sommes donc partie tôt, car il n’y a qu’une entrée dans le parc et je ne voulais pas manquer le départ. Mais comme ça arrive souvent, les départs ont été retardé. J’étais tout prêt de la ligne à attendre le départ, j’avais quitté mon mari et les enfants. C’était long, des participants du 2 km n’avaient pas terminé. Je n’étais pas fâché, je com prenais, mais j’étais seule, je commençais à avoir la bouche sèche, je me disais que j’aurais pu retourner faire pipi une dixième fois et la dernière participante est finalement arrivée. On était évidement tous content. Vient ensuite la période d’échauffement animé par la belle gang de Allez hop, le discours d’ouverture officiel, puis le départ du 21.5 km…Quelques minutes après, le 15k suit, puis le 10k et finalement le 5k. Le parc était enfin vide pour les supporteurs. 
J’ai un peu courrue en sentier pour me pratiquer, mais pas à cette endroit et surtout, j’étais seule. Jamais je n’aurais pensée que ça serait aussi dure de faire sa place au départ…Tenir la droite, toujours, il y avait des illiminés avec des écouteurs (oui, ils sont permis, mais soyez conscient de ce qui vous entoure, svp), et les espèces de coureurs inhumains (parce que moi quelqu’un qui fait son 10k dans le temps que je fais un 5k, je trouve ça inhumain!) qui dépassent par la gauche. Appellons les les sprinteurs. C’est difficile sortir du lot, je suis vraiment une coureuse solitaire et je prends goût à courir sans musique, à profiter des couleurs de l’automne, à entendre le craquement des feuilles sous mes pieds…et soudain, je dois éviter de courir dans le crottin de cheval !! Sans compter l’odeur qui m’a fait réaliser que mon nez n’était pas aussi bouché que je le pensais. Le parcours n’était pas facile non plus, quelques côtes, des chemins parfois en gravier, parfois en sable…Oui, du sable, mon rêve de courir sur une plage est mort, je crois, ce n’est vraiment pas facile !! Parfois, c’est découragent, on peut  se retrouver au travers de dizaines de marcheurs et se rendre compte que notre tempo ralenti, hop au accélaire et on les dépasse…Ne pas marcher, telle est ma devise…Je péfère avoir un milleur temps que de marcher. Je ne dis pas que c’est mal de le faire, mais marcher pour moi, c’est une défaite en quelque sorte. Évidement, je n’ai pas refait la même erreur que j’ai déjà fait, je n’ai pas suivit de lapin de course, j’y suis allée à mon rythme à moi. 
Et il y a des gens qui donnes des ailes aussi: 
Toutes les belles MV qui nous encourage au passage;
-Ce petit couple qui faisait le demi main dans la main et quand un des 2 rallentissait, l’autre l’attendait;
-Les merveilleuses pancartes, dont la fameuse:
  »Lâche pas, n’oublie pas que TU as payé pour ça ! » ;
-Les BÉNÉVOLES !! Parce que sans bénévoles, une course serait tellement pas possible !
J’ai finalement terminé avec un temps de 1:06:36, ce qui est respectable. Je voulais faire en bas d’1h15, mais espérais très fort descendre sous les 60 minutes. J’aurais aimé, je n’ai pas réussie,  mais ça ne m’empêche pas d’être fière pour autant. Et quand on regarde les stats, ça aide toujours à relativer la chose. 181/463 et 45/134 dans ma catégorie, je trouve ça plutôt cool ! Anyway, le temps ne change rien, je l’ai fait et je suis contente. Ma seule peine est de ne pas avoir de photo de la course. La seule que j’ai sur zoom phoot, ce n’est pas vraiment moi, je suis dans le coin d’une photo et j’ai l’air bête (ou concentré, oui, ça sonne mieux, je trouve)  et je suis arrivée trop vite pour que J. puisse en prendre une, il m’a eu de dos seulement. Tant pis, c’est la vie. 
J’ai vraiment eu un gros coup de coeur pour les courses gourmandes, le lunch après-course, était divain !! En plus des traditionnels quartiers d’orange et des bouts de banane, là ! On nous a servis un potage de légumes, du jambon fumé, du pain avec beurre d’érable, une compote de pommes, un jus de pommes frais et une grosses guimauve à saveur au choix fait par Jolies Bean’s. On a vraiment été gâté, sans compté le gros soleil et la température radieuse qui étaient au rendez-vous. J’ai tellement aimé l’éxpérience que je me suis inscrite à la Chococourse 5k qui aura lieu en mars prochain. Une course sans puce, juste pour l fun, mais avec pleins de chocolat à goûter !
Évidement, je me cherche déjà de nouveaux défis. En novembre, je débuterai l’entrainement pour le défi Pierre Lavoie, entrainement qui sera différent de ce que j’ai fait jusqu’à maintenant, car on parle de faire 1 km à toutes les heures durant plus de 24 hres…Et d’ici là, j’aimerais peut-être faire une course dans le temps des fêtes, pour voir comment ça peut être une course d’hiver. En attandant, je retourne à ma déprime post-course, car si mon rhume a été assez gentil pour me laisser participer à cet évènement, il est en train de se rattrapper en ce moment…
Me voici après la course, avec mes fidèles supporteurs sans qui tout celà ne serai pas possible, surtout J. qui est derrière la caméra, qui endure toujours mon stresse pré-course et qui me suit dans cette belle folie. Et une petite photo souvenir du lunch 🙂

Psssttt…Oui, les médailles étaient minuscules, elles ont été fait faire en Chine et ils ont mélangé les pouces avec les cm. Certains en étaient fâchés, mais moi je la trouve mignonne, cette médaille aura son histoire. 

Leave a Reply