L’allaitement maternel

J’ai toujours sue que je voullais allaiter quand j’aurais des enfants, car je n’y voyais que de bons côtés. Pas de trouble à préparer les biberons et à en traîner, je peux me permettre de nourrir ma puce n’importe ou. Mon lait contient tout ce qu’il y a de mieux pour elle, je ne me vois pas faire autrement. Et ça, c’est sans oublier que ça aide l’utérus à regagner sa taille plus rapidement. Pourtant, ma mère ne nous a pas allaitée, moi, mon frère et ma soeur. Mais je ne lui en veux pas pour autant. Ça ne l’intéressait pas et elle ne se voyait pas faire ça, ce qui est bien correct. En fait, la seule personne de ma famille qui a allaitée ses enfants est une de mes tantes que j’adore, mais de qui je ne peux pas vraiment avoir d’aide et de conseil, parce qu’elle vit près de Toronto. Par contre, ma belle-mère l’a fait pour ses 4 enfants. Oui, des fois je la trouve nounoune et oui, elle me tombe parfois sur le système, mais d’autres fois, ses conseils valent plus que de l’or. Et côté conseils, il y a aussi mes copines du net qui me sont d’un grand secours, certaines m’ont même envoyées leurs numéro de téléphone en me disant que je pouvais leur téléphoner le jour comme la nuit ! Je n’en reviens pas comment l’on trouve encore de si bonnes personnes aujourd’hui, dommage que se sont les pires qui se démarquent le plus…

Je savais bien que l’allaitement ne serait pas facile, mais j’étais loin de penser que je trouverais ma première semaine aussi pénible…Il faut dire aussi que comme les 2 premières fois avaient bien été (dès la naissance et un peu plus tard, juste avant le dodo) alors j’ai crue naïvement que je n’éprouverais pas vraiment de problèmes…C’est quand les infirmières ont commencées à venir à tous les 3 hres pour me dire de nourrir bébé et qu’elles restaient la à voir comment ça se passait que tout s’est gâté…Elle restaient la 1 hre de temps pour être sûre que Maïté boive assez. Ça fini que j’ai dû la faire boire à la cuillère, car elle ne prennait pas assez le sein. Et la deuxième nuit, ce fût pire. Jérémie était retourné dormir à la maison et je me suis réveillée pendant qu’une infirmière essayait de mettre mon sein dans la bouche de bébé, je me suis rendormie et réveillée devant une infirmière qui me dit toute fière qu’elle a réussie à me tirer 3 c. à thé de colostrum pour le bébé. J’ai fini le tout branchée sur le tire-lait et tenter de donner le sein à Maïté pendant un bon 2 hres dans des positions aussi riddicules les unes que les autres. Quand je fut enfin seule avec bébé, j’ai appellée mon chum en le suppliant d’arriver le plus tôt possible le lendemain matin. La troisième nuit, il a couché la et quand les infirmières ont passées dans la chambre, il a dit qu’il préférait me réveiller lui-même. Comme j’allaitais couchée, je me suis rendormie et ça viré en chicane énorme, et à ma grande honte, les infirmières pensaient que j’engueullais le bébé et non mon chum…Je me suis donc remise sur le tire-lait et c’est la que l’on a essayé le DAM au doigt. Par contre, on m’a encore fait faire la position de la louve (penchée sur le bébé), j’avais affreusement mal au dos, mais j’étais tellement tannée que je ne disais rien en espérant me rendormir bientôt. Le lendemain, j’ai eu droit à une rencontre avec la conseillère en lactation de l’hôpital, une vraie perle. Elle m’a expliquée tellement de choses. Comme que même si mon accouchement ne s’était pas déroullé comme prévue, que je devais apprendre à l’accepter. Que je devais expliquer à Maïté que je ne lui en voullait pas et qu’elle devait me pardonner, car si elle avait été provoquée, ce n’était pas de ma faute, mais bien pour des raisons de santé. On a aussi refait les séquences en la laissant ramper jusqu’au sein et on s’est rendu compte que c’était un bébé très indépendant, qu’elle s’était trop faite touchée et qu’elle ne voullait plus rien savoir. Elle faisait même semblant de dormir sur mon sein pour qu’on lui fiche la paix. Seulement 4 jours de vie et déja si brillante ! On a donc décidés de continuer au DAM et espérant l’inclure au sein par la suite. Et je ne devais plus lui donner le sein plus de 15 minutes pour ne pas qu’elle finisse par ne plus rien vouloir savoir. Je devais quitter l’hôpital le soir-même, mais finalement, on m’a gardé jusqu’au lendemain à cause de ma pression qui était encore haute. Mon chum a encore couché la et il a mis très au clair auprès des infirmières de ne pas me déranger de la nuit, que l’on allait l’allaiter à la demande. De toute façon, c’est un hôpital  »ami des bébés », ils devraient laisser les mères allaiter à la demande, surtout que je l’avais spécifiée dans mon plan de naissance…

Une fois à la maison, on est allé louer un tire-lait électrique. Je devais exprimer mon lait aux 3 hres pour ne pas nuire à ma production. Heureusement, comme j’avais eu ma montée au troisième jour, ça coullait très bien. Une chance, car j’avais tellement mal, mes seins étaient dures comme de la roche, cocotte pouvait bien avoir de la misère à boire. L’infirmière du CLSC est venue le lendemain matin et on devait déja retourner à l’hôpital pour un début de jaunisse. Tout allait mal, en plus de mes seins qui me faisaient souffrir, ma cicatrice au périné avait un peu irritée, je devais donc prendre du advil et mettre une crème…Finalement, sa jaunisse ne semblait pas si forte, je devais y retourner le lendemain pour revérifier. Elle avait encore baissée, j’avais donc la paix des hôpitaux pour un bout. Mais ma puce devait boire souvent pour faire partir cette jaunisse la. À force d’en parler aux gens, on a développés nos petits trucs. Le sein était plus facile à donner la nuit de même que dans le bain, on en a donc profité. Mais on devait encore complèter au DAM. Ce n’est qu’à une semaine de vie qu’on a pu enfin tout laisser tomber. Et mardi dernier, elle a eu son premier r-v chez le médecin. Plus aucun signe de jaunisse et elle avait pris pas mal de poid, c’était donc bon signe. On a retourné le tire-lait la journée-même. La seul petit hic qui reste est que miss a une nette préférence pour le sein droit, je dois donc tirer le gauche de temps à autre pour équilibrer le tout.

Je suis tellement soulagée que tout soit réglé. Je me voyais déja tirer mon lait pour le mettre au biberon, ça aurait été beaucoup de travail, mais ça m’aurait apaisée la conscience plutôt que de lui donner des préparations. Je ne me mets pas de pression, quand les gens me demande combien de temps je veux allaiter, je leur dis que j’aimerais me rendre à 6 mois, mais qu’on y va un jour à la fois…Je trouve ça super d’avoir portée ma puce durant 9 mois et de continuer de la nourrir moi-même. De plus, c’est notre petit moment à toutes les 2 que personne ne peut nous voler 🙂 Jérémie trouve ça très beau et est vraiment content que j’ai tenue mon bout. J’avais vous que je suis aussi très fière de moi jusqu’à maintenant 🙂

4 Comments

  1. Nat

    juillet 11, 2006 at 8:02

    Lache pas ma belle pour l’allaitement, c’est un beau moment entre vous deux, tu as passé le plus difficile. Quand a la durée c’est à toi et à ta puce de voir. J’ai allaité la mienne un peu plus de 5 mois. J’ai hate de revivre ce moment précieux avec mon deuxième.
    Bisous à la maman, le papa et surtout à la jolie petite puce.

    Tammy (PF)

  2. tigrou

    juillet 12, 2006 at 12:38

    Tu as raison d’être fière de toi.. ce n’est pas facile, quand les débuts sont difficiles, de tenir son bout..
    Mais tu ne regretteras certainement pas…. ce sont des moments doux et feutrés qui restent longtemps ancrés dans notre coeur……. et dans notre mémoire de maman!!!
    J’ai allaité Mélina 5 mois et demi, et Raphaël 11 mois.. et je te dirais qu’avec les deux, ce sont les moments les plus privilégiés que j’ai eu!!!
    N’hésite pas, je suis là pour toi! 🙂

  3. kiwi

    juillet 13, 2006 at 3:18

    Te lire me fait beaucoup penser à moi et mes débuts avec Tithom… ça n’avait pas été facile non-plus et comme toi, je suis tête de cochon et j’ai tenu le coup. Et je te jure qu’aujourd’hui je ne regrète rien! Je suis tellement fière d’avoir persévéré. Les temps durs sont tellement rien comparativement aux beaux moments. C’est tellement simple et pratique maintenant, à presque 6 mois! Et Tithom aussi préférait le droit… il est maintenant plus gros que le gauche… pas super chic, mais coudonc! 😉

    Bravo à vous deux! Continuez comme ça! C’est tellement un beau cadeau que tu fais à ta puce, et que tu te fais aussi!

  4. Veronique

    juillet 13, 2006 at 7:08

    Tu es super bonne Ginger!! Lâche pas… tu vas voir, ca devient vite une routine qui n’est plus compliqué du tout!! 🙂

Leave a Reply