Mon année 2016 en lecture

En janvier dernier, j’ai décidée de participer à un club de lecture virtuel organisé par le blog littéraire Le fil rouge . Le défi était de lire un livre québécois par mois sur une thématique imposée et d’en parler sur un groupe Facebook. J’ai vraiment renouée avec la lecture avec ce défi, car j’en lisais souvent plus d’un par mois. De plus, ça m’a permis de sortir de ma zone de confort en explorant des genres que je n’ai pas l’habitude de lire. Je suis contente, car j’étais persuadée qu’avec mes cours, je n’aurais pas toujours le temps, mais au contraire, c’est du temps que j’ai pris pour moi et qui m’a permis de penser à d’autres chose que mes études. Je vous présente ici mes découvertes mois par mois,

Janvier: Un roman jeune adulte
Tu peux toujours courir/Valérie Chevalier

Je suis tombée sur ce roman un peu par hasard à la bibliothèque, c’est probablement la couverture rose qui a sue attirée mon attention. Avec le titre, je m’attendais à un roman portant sur la course à pied, mais j’étais un peu dans le champs. Il s’agit plutôt d’une grande histoire d’amitié entres 2 amies de longue date à la recherche de l’amour. J’étais malade et je l’ai lue vraiment rapidement, on s’identifie facilement aux 2 personnages et on voudrait être leur amie.

Février : Un roman d’amour:
Jeune libraire cherche roman d’amour/Joanie Mailhot Poissant 

Ah février, mois de l’amour !! Ce livre m’a tout de suite interpellé par son titre !! Les livres de filles, j’en mange et je me suis souvent imaginée être libraire. Je ne vous apprend rien si je vous dit qu’Arielle, le personnage central de l’histoire, finie exactement avec le gars qu’on lui souhaitait, mais des lectures légères, ça en prend aussi pour s’évader. Et j’ai particulièrement aimée le fait qu’elle compare tous les gars à des livres, c’est à dire Nouvelle littéraire, Roman d’aventure, Roman noir…Pour évidement un jour tomber sur LE gars, soit Roman d’amour…

Mars: Un roman écrit par une femme
Ce qui se passe à Cuba reste à Cuba/Amélie Dubois

En mars, on fête la journée internationale de la femme, alors pourquoi pas un roman écrit par une femme ? Encore une fois, j’y vais pour un roman de filles avec Ce qui se passe à Cuba reste à Cuba, la tant attendue suite de Ce qui se passe au Mexique reste au Mexique et de Ce qui se passe au congrès reste au congrès. On retrouve donc Caroline, Vicky et Kathia qui parte en voyage une 2ème fois. Malgré leur mille et une précautions, tout ce qui peut leur arriver de pire arrive. Le livre se lit bien et est drôle, mais pas autant que les 2 premiers, l’histoires s’essouffle un peu selon moi. Je ne sais pas s’il l’on retrouvera nos 3 comparses dans un 4ème tome, mais la porte semble ouverte. Et s’il y a lieu, je le lirai malgré tout, car il sera différent et je suis vraiment attachée à ses 3 filles.

Avril: Une première parution
Poutine pour emporter/Marie Eve Gosemick

En lisant un auteur que l’on a déjà lue, on se sent en sécurité, en terrain connue, mais n’empêche que c’est aussi excitant d’en connaître de nouveaux. Encore plus lorsque c’est un premier roman. Je ne savais pas quoi lire et c’est après avoir lue une bonne critique sur Poutine pour emporter que j’ai décidée de le lire. Et heureusement qu’il était bon, car pour une raison qui m’échappe, j’ai été incapable de le transférer sur ma liseuse et j’ai dû le lire assise devant mon ordinateur. Le personnage principal, Fred Proulx, ne sait pas vraiment ce qu’il veut faire dans la vie et passe son temps à voyager d’un endroit à l’autre. Pas dans des hôtels de luxe là, des voyages de type sac à dos là ou internet se rend mal et que le drogue coule à flot. Je n’ai jamais vraiment voyagé ni pris de drogues dures, mais j’ai pourtant dévorée ce livre. De plus, l’auteur ayant à peine quelques années de moins que moi, j’ai adorée y trouver plusieurs références de l’époque de mon adolescence.

Mai: Une bande dessinée
Le bestiaire des fruits/Zviane

J’en avais parlée en juin dernier, je suis devenue sur le tard une vraie fan de bande dessinée. C’était donc difficile pour moi de me limiter à un seul choix. Mais mon coup de cœur a été Le bestiaire des fruits de Zviane. Si tu réussies à me faire rire en me parlant de fruits, je penses que tu es drôle pour vrai. À lire, vraiment.


Juin: Un recueil de poésie
Femmes rapaillées/sous la direction d’Isabelle Duval et de Ouanessa Younsi

Honnêtement, ce ne fut pas une lecture facile pour moi, J’aime les poèmes, mais un recueil, c’est trop long pour moi, Je préfère en lire ici et là, comme en début de chapitre d’un roman, par exemple. J’ai donc mis plusieurs jours à lire ce livre et petit mea culpa, je me suis parfois endormie sur quelques poèmes. Malgré tout, certains textes des Femmes rapaillées ont sue me toucher. On y parle de liberté, d’amour, du passé, de la l’avenir, de la vie et j’en passe. Cette prise de parole féminine est une belle continuité des Hommes rapaillés de Gaston Miron.


Juillet: Un album jeunesse
Les aventures de Jiji et ichou: la chicane/Ginette Anfousse

Comme j’adore faire découvrir des livres de mon enfance à mes enfants, c’est avec joie que j’ai redécouvert l’univers de Jiji et Pichou, son « bébé-tamanoir-mangeur-de-fourmis-pour-vrai». D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours été amoureuse des livres de La courte échelle. Ils sont beaux et portent de véritables morales. Après la lecture du livre, j’ai d’ailleurs eu une discussion sur les chicanes d’amis avec mon plus jeune.

Août: Un roman québécois de ton choix
La théorie du drap contour/Valérie Chevalier

Le 12 août est devenue la journée J’achète un livre Québécois en 2014. Cette année, j’ai flanchée pour La théorie du drap contour, le deuxième roman de Valérie Chevalier (oui, encore elle). Il est court et se lit vraiment bien, puisqu’il contient plusieurs petits chapitres dédiés à l’amour. Des histoires qui finissent bien, d’autres qui finissent mal ou bien qui finissent par faire grandir. Et le titre n’a pas été donné au hasard, il y a belle et bien une théorie du drap contour, mais je vous laisse l’a découvrir par vous-même…

Septembre : Une pièce de théâtre
Billy (Les jours du hurlement)/Fabien Cloutier et Chaque jour/Fanny Britt

Je n’ai pas lue de pièce de théâtre depuis longtemps et pourtant, j’adore ça !! Il y a quelques années, j’ai lue la relecture de La guerre des tuques de Fabien Cloutier, et j’ai eu envie de le lire à nouveau. J’ai regardé ce qu’il y avait de disponible à la bibliothèque et je suis tombé sur Billy (Les jours du hurlement). C’est court, c’est dure et la fin fesse. Ça parle de jugement et de chialage et c’est facile d’y reconnaître, son voisin, son patron ou bien une amie. On y voit vraiment «monsieur, madame tout le monde». Ça porte vraiment à réfléchir. Chaque jour de Fanny Britt n’est pas un texte facile à lire non plus. Une histoire d’amour particulière où le drame frappe. Il y a beaucoup de non-dit et le tout porte à réfléchir…

Octobre: Un classique québécois
Le matou/Yves Beauchemin

Ce livre a beaucoup de vécus. Il a été trouvé usagé et je l’ai lue et relus, car j’ai vraiment aimée le téléfilm quand j’étais enfant. Je m’étais attaché à ce petit garçon alcoolique, malgré le fait que c’est terrible d’être si mal traité. En résumé, c’est l’histoire d’un couple qui achète un restaurent avec l’aide d’un homme pas très net et qui tombe sous le charme de Monsieur Émile, tout comme je l’ai été. Et étonnement, je n’ai lue aucun autre livre d’Yves Beauchmin…Peut-être un projet pour 2017 ?

Novembre : Un essai québécois
Les filles en série/Martine Delvaux

Souvent, j’ai de la difficulté à lire des essais, j’ai de la misère à embarquer, contrairement à un roman. Mais pas avec Les filles en série…Je me suis un peu intéressée au féminisme pour un travail à l’école et c’est ainsi que je suis tombée sur cet ouvrage. On y parle des filles en série sous toutes leurs forme : les filles militantes, les poupées gonflables, les danseuses de french cancan et j’en passe…De plus, l’auteur fait plusieurs allusions cinématographiques en nous parlant de Thelma et Louise, la série Girls de la populaire Lena Dunham, la série Gilmore Girls…Bref, un petit essai vraiment intéressant à lire si on s’intéresse à l’évolution de la femme sous différents angles.


Décembre: Un roman publié en 2016

À l’abri des hommes et des choses/Stéphanie Boulay et Hiroshimoi/Véronique Grenier

Comme j’étais en fin de session, j’ai d’abord choisie un cours roman. J’ai lue À l’abri des hommes et des choses de Stéphanie Boulay. Même si je n’écoute pas la musique des soeurs Boulay, ce petit livre m’interpellait. Et j’ai adorée, même si j’ai beaucoup pleurée. C’est l’histoire d’une jeune adolescente pas comme les autres. On ne dit pas clairement ce qu’elle a, mais on le devine. Elle vit avec sa sœur, dans la misère et dans l’ignorance. Mais son innocence est vraiment touchante. Comme il se lit rapidement, j’ai aussi lue Hiroshimoi de Véronique Grenier, auteure du Blog Les p’tits pis moé. Un petit recueil avec des récit sur l’histoire du couple et qui se lit en quelques heures à peine, Je pensais donc avoir le temps de débuter Boxer la nuit de Patrice Godin, mais une réservation de la bibliothèque a eu priorité, ça ira donc en 2017 pour ce dernier…

Et un bonus, soit ma dernière lecture de 2016:
L’autre reflet/Patrick Sénécal

Et oui, un petit dernier, soit le nouveau roman de Patrick Sénécal, L’autre reflet. Que demander de mieux que de terminer l’année sur une aussi bonne lecture ? C’est rare que je n’aime pas pas ses livre et celui-ci ne fait pas exception. Je n’ai jamais aspirée à devenir écrivaine, mais le monde de l’édition m’a toujours attiré, j’ai donc trouvée ça génial que l’histoire tourne autour de l’écriture d’un livre. Livre ou les scènes sont librement inspirées de meurtres commis par une détenue à qui l’auteur enseignait en prison, ce qui le met dans une position plutôt particulière…

Je renouvelle l’expérience cette année en commençant avec la biographie de Jean Leloup. Si vous avez envie de participer, c’est juste ici. Et ce n’est pas très engagent, si vous sautez 1 mois, personne ne va vous chicaner, l’objectif et de lire et de faire de nouvelles découvertes tout simplement.

Et vous, qu’avez-vous lue de bon cette année ?? 

Leave a Reply