Mouvement #jesuisbelle

Ça fait un bout de temps que ce billet est commencé. Il semble clair dans ma tête, mais pourtant une fois devant l’ordi, je ne sais plus comment enligner mes mots pour que tout fasse du sens. Je ne sais pas si vous avez lu ce suberbe article de Marie Noëlle Marineau de chez Marginale et heureuse ou 10 blogueuses étaient invités à se montrer en bikini et à en parler ? De là est né le fameux mot clic  #jesuisbelle. Sur le coup quand j’ai vue l’invitation pour le projet, je me suis dis que ce n’était pas pour moi, car j’aborde le bikini. Mais est-ce que parce que je l’aborde je l’assume ?? 
Non, je ne l’assume pas. Depuis ma dernière grossesse, je traîne quelques kilos en trop qui ne veulent pas partir. Et je plaide coupable, car même si je suis assez active, je ne me prive de rien côté nourriture. Comprenez bien que toute ma vie, j’ai pue manger tout ce que je voulais sans prendre une once. Mais au delà du poids, c’est mon petit ventre proéminent qui m’achale. Je ne mets pas de photos de moi en bikini sur le web, car ça m’achale, mais je n’en met pas plus de moi toute habillé si tout ce que je vois sur la photo est ce fameux ventre. 
Et ce n’est pas que dans ma tête, c’est qu’on me le dis sans cesse depuis que j’ai accouchée de ma première. Même quand je suis revenue à mon poids d’avant-grossesse, on me le disait. Juste avant d’avoir mes règles c’est encore pire. Jamais on me demande si je suis enceinte. Non, on me dit que je le suis, ce qui fait encore plus mal. Parfois, il y a même des madames tenaces qui m’obstinent sur la chose. On est pas dans Enceinte sans le savoir là, on est dans la vraie vie et non, je ne suis pas enceinte.  »Mais madame, vous avez vraiment l’air enceinte! ». Je devrais répondre quoi ?  »Madame, vous aviez vraiment l’air perspicace, mais finalement, vous ne l’êtes pas du tout ». Ben non, je suis trop gentille et je fais sourire niaiseux et fait semblant de trouver ça drôle. Mais ce n’est pas drôle. Et au moins, la famille est fini, imaginez la peine que ça peut rajouter quand on est en essaie-bébé en plus ! Mais tant pis, les gens peuvent ben s’imaginer ce qu’ils veulent au fond, je n’y peut rien. Et que j’assume le bikini ou pas, je déteste le maillot une pièce. Je le porte seulement pour faire des longueurs, mais mauzus qu’on étouffe là de-dans !
Je me suis trouvée un maillot que j’aimais bien durant les vacances (vive les ventes de fin de saison !), j’ai eu envie de le montrer et ma fille a pris cette photo que j’ai courageusement partagé sur Instagram. Étonnement, j’ai eu pleins de beaux commentaires. Et ne me dîtes pas que les gens s’abstiennent, car sur le web, cacher derrière un écran et un pseudo, c’est juste plus facile d’être méchant. 
La photo de moi en bikini que j’ai osée partager sur Instagram

Alors voilà, j’ai peut-être pris 1000 ans avant de m’assumer, mais reste que je ne serai sûrement pas la dernière à rejoindre ce mouvement. Et aux gens qui disent que je n’ai pas le droit de me plaindre parce que je ne suis pas grosse, je me dis qu’on a tous le droit à nos petits complexes. La gazon est souvent plus vert chez le voisin…selon nous, pas selon lui…
Et puis comme le dis si bien l’humoriste Geneviève Gagnon, même si tu caches tes gros bras mous sous des manches, ça va rester des gros bras mous 😀

Cours Toutoune de Geneviève Gagnon

Leave a Reply